Info Panel
You are here:   Home  /  Uncategorized  /  P.C. HELLEU – Mme Helleu cousant
  • P.C. HELLEU – -Mme Helleu cousant  
Artesepia, Paris
  • P.C. HELLEU – -Mme Helleu cousant  
Artesepia, Paris (encadré)

P.C. HELLEU – Mme Helleu cousant

Paul Cesar HELLEU (Vannes 1859, Paris 1927)

Madame Helleu cousant.

Fusain;  diam: 30,5 cm
Signé en haut.

Paul Cesar Helleu est entré à l’école des Beaux-Arts en 1870 où il a suivi l’enseignement de Jean-Léon Gérome et formé un cercle d’amis avec entre autres Edgar Degas, Giovanni Boldini, Alfred Stevens et James Whistler. Au Salon de 1885 et 1886 il expose plusieurs grands portraits au pastel qui furent remarqués et établirent sa réputation. En 1886 il refuse l’invitation de Degas de participer à l’exposition impressionniste arguant d’un profond rejet de l’oeuvre de Gauguin. En 1887, il rencontre le Comte Robert de Montesquiou qui lui achète plusieurs oeuvres, en commissionne d’autres et devient ainsi son plus grand mécène. Il l’introduit auprès d’establishment et publie en 1913 la première importante monographie de l’artiste. Helleu fut proche de Marcel Proust à qui il inspire le caractère de Elstir dans A la recherche du temps perdu.
Sa réputation plus tard et surtout lié à sa production de gravures sur cuivre. Il a dessiné et gravé un très grand nombre de femmes du monde à sa façon et la popularité qu’il en a tiré a occulté ses huiles et ses pastels.
Son oeuvre la plus connu est indubitablement la décoration des signes du zodiac du plafond voûté de Grand Central Station à New-York en 1912, durant son second séjour aux Etats-Unis.
Helleu a épousé la jeune Alice Guérin alors agée de seize ans en 1886 et elle est devenue son modèle préféré. Il l’a dessinée, gravée ainsi que leurs enfants, tout au long de sa carrière et ce sont souvent parmi les oeuvres les plus charmantes.

Notre dessin est préparatoire pour une céramique de Théodore Deck avec lequel il a travaillé sur des décors de plats et assiettes.

  2014  /  Uncategorized  /  Last Updated septembre 30, 2015 by Artesepia  / 

Laisser un commentaire

Artesepia

«Ce que je n’ai pas dessiné, je ne l’ai point vu.», GOETHE